Pourquoi le procès Colonna tourmente-t-il la justice ?


Publié le 24-02-2009 avec les tags : , , ,

Pourquoi le procès Colonna tourmente-t-il la justice ?

Yvan Colonna comparait de nouveau pour l'assassinat du préfet Claude Erignac. Les derniers rebondissements de ce procès en appel attristent. Témoignages « surprises », manquements dans l'enquête, tout concourt à semer le trouble sur la procédure, et plus si affinités.


Lundi 23 février 2009 à 13h30, le procès en appel d'Yvan Colonna a repris dans la plus grande confusion après 3 jours d'arrêt pour complément d'informations. Soupçonné d'avoir tué le préfet de Corse Claude Erignac il y a 11 ans, le berger de Cargèse clame toujours son innocence. et dénonce « une justice sous influence ».

Pour l'accusé, il ne fait donc aucun doute que « la raison d'Etat » a fait de lui un coupable idéal. Et de nous rappeler que le soir de son interpellation le 4 juillet 2003, Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'Intérieur se réjouissait de l'arrestation de « l'assassin du préfet Érignac ». Plus tard, en janvier 2007, à des journalistes qui lui demandaient s'il croyait Colonna coupable, Nicolas Sarkozy répondait : « Vous le savez, il n'y a pas que moi qui le pense, sinon je ne crois pas qu'on l'aurait gardé en prison ». Le mois suivant, les avocats d'Yvan Colonna assignaient au tribunal Nicolas Sarkozy pour « atteinte à la présomption d'innocence ». Procès perdu en référé

Bien entendu, il est indéniable que cette instance a un arrière goût politique, le crime même d'un fonctionnaire de l'état l'attestant. Encore plus lorsque l'affaire se passe en Corse, où l'indépendantisme est un sujet fort. L'implication personnelle de Nicolas Sarkozy et la capture providentielle du berger de Cargèse à deux jours d'un référendum corse en 2003 peuvent également gêner.

Mais ce qui gonfle un peu plus le débat d'une justice « politique », c'est ce maquis des informateurs. Qui sont ces deux témoins clés qui pourraient avoir joué un rôle dans le meurtre d'Erignac et qui sont encore en liberté selon Didier Vignolas, secrétaire général du préfet lors de son assassinat ? Qui est « Corte », l'informateur du successeur d'Erignac, le préfet Bonnet, qui aiguille l'enquête parallèle de ce dernier vers le frère d'Yvan, Stéphane Colonna ? Ces sources anonymes, auxquelles les services de police et de la justice n'ont pas prêté attention en temps voulu, sont sorties des chapeaux bien à propos. Trois jours seulement pour complément d'informations après de telles annonces résonnent comme un aveu de faiblesse de la justice. Un peu court. Surtout si ces cafouillages ne sont pas les premiers.


Une enquête tortueuse ?

Le 6 février 1998, à 21 heures, Claude Erignac est assassiné dans une rue d'Ajaccio de trois balles de 9 mm dans la nuque. L'arme du crime est retrouvée à côté du corps. Il s'agit d'un beretta, volé 5 mois plus tôt lors de la prise d'otage de deux gendarmes à la caserne Pietrosella. Il s'agit d'un préfet de la République que l'on vient de tuer, symbole de l'Etat français sur le territoire corse. Les indépendantistes sont rapidement montrés du doigt.

Aux deux procès d'Yvan Colonna (2007 et 2009), les errements de l'enquête sont mis à mal par la défense.

Après le braquage de Pietrosella, deux communiqués envoyés à Libération en octobre 1997 par le mystérieux groupe « Sampieru » (Sampieru Corsu est l'un des héros de l'histoire insulaire, ndr) sont pris au sérieux par la Division nationale anti-terroriste (DNAT). Ces textes désignent implicitement un certain Marcel Lorenzoni, ancien béret vert éleveur de porcs. Puis c'est au tour de Dominique-Matthieu Filidori, agriculteur, et Roch Simoni, ancien militant syndical d'être suspectés. Tous trois reconnaissent volontiers leurs opinions nationalistes.

Une information judiciaire est ouverte, sous la référence 13-37, appelée aussi « dossier poubelle » par les avocats d'Yvan Colonna. Le Président de la cour d'assises de Paris, Dominique Coujard, lui préfère un « dossier fourre-tout ouvert comme pour alimenter les enquêtes à venir, ce qui produit un sentiment assez désagréable ». Pour Maître Simeoni, un des avocats de l'accusé, il semble ainsi évident que ce dossier ouvert « laissait les coudées franches aux limiers de la DNAT. »

Pour Roger Marion, patron de l'époque de la DNAT, les agriculteurs de l'île auraient pu abattre le préfet devant mettre en place la politique de subvention restreinte décidée à Paris. Venu témoigner, le vieux Roch Simoni est perplexe : « Tout le monde pensait que les agriculteurs avaient assassiné le préfet pour faire monter la prime à la vache. C'est absurde ». Pourtant, entre le 6 février 1998 et mai 1999, les policiers de l'anti-terrorisme s'entêtent. 300 arrestations et 40 mises en examen plus tard, l'enquête n'est toujours pas close. Mais personne n'a été entendu pour l'assassinat du préfet Erignac...

Changeant de cap, la DNAT arrête au mois de mai 1999, Didier Maranelli, Pierre Alessandri, Marcel Istria, et Alain Ferrandi, ainsi que cinq autres personnes. Les membres du commando sont repérés à l'aide de leurs téléphones portables. Roger Marion obtient des aveux, aidé du sulfureux commandant Georges Lebbos. En effet, celui-ci détournera plus tard la procédure à des fins privées sans pour autant être sévèrement sanctionné par sa hiérarchie, malgré la découverte d'un procès-verbal antidaté du fameux soir des aveux.

Toujours est-il que les déclarations obtenues des membres du commando et de leurs épouses accablent Yvan Colonna. Lequel prend la fuite quelques jours plus tard, la police ne l'ayant pas mis sous surveillance, malgré les accusations de tout le groupe.


Une procédure bâclée ?

Les avocats de la défense ont toujours évoqué la « porosité » possible des témoignages dans les locaux de la DNAT, les uns ne faisant que confirmer les dires des autres. Entendu sur la façon dont il a dirigé l'enquête, Roger Marion, actuel secrétaire de l'Elysée, n'a pas su convaincre. Ainsi, alors que dans son livre, il disait avoir lui-même recueillis les aveux du commando, interrogé par le Président de la cour Didier Wacogne, il avoue être parti chercher un sandwich au moment fatidique, soit vers 2h30 dans la nuit. Fait notable, les membres du commando, condamnés en 2003, se sont depuis rétractés. Et les mots « Pression » et « peur » ont fait leur apparition dans leurs discours.


Parmi les témoins, Jeanne Ferrandi, épouse de l'un des complices du meurtre, dont la mémoire défaillante à la barre trouble. Colonna était à Ajaccio chez elle avec son mari et Alessandri le matin du 7 février. Valérie Dupuis, compagne de Maranelli, affirme quant à elle que ce même jour à 9h, il était à Cargèse chez elle. Cette incohérence n'a été relevée que par l'accusé.

Troubles persistants...
En revanche, les déclarations de Marie-Ange Contart, témoin direct du crime, n'ont jamais varié depuis mai 1999. Elle n'a pas reconnu Yvan Colonna comme étant le tueur qu'elle a vu achevant sa victime, rue Colonna-d'Ornano le 6 février 1998. Le grand blond qu'elle a toujours décrit reste un mystère. Même si pour Me Chabert, avocat de la partie civile, l'emploi d'une perruque n'a pas été catégoriquement réfuté, il n'en reste pas moins qu'Yvan Colonna est plus petit et trapu que l'homme vu par cette femme.

A cela s'ajoutent les propos du médecin légiste, Paul Marcaggi. Entre analyse balistique et étude d'angle de tir, il est formel. Le tueur devait être d'une taille au moins égale à celle du préfet, soit 1m83. Colonna mesure 1m72. « Les orifices d'entrée sont circulaires. Si les trajectoires étaient très ascendantes ou descendantes, ils seraient différents. »


Quoi qu'il en soit, ce bras de fer entre défense et accusation sur des « détails » de procédure pourrait fournir aux avocats du berger de Cargèse, en cas de condamnation, un motif de pourvoi en cassation. Onze ans de procédure et un doute qui ne bénéficie vraiment à personne.

Pruine


Vous en voulez plus ?

Lexique juridique


Acquitter : Rendre quitte. Déclarer quelqu'un par jugement ou arrêt innocent de la faute pour laquelle il est poursuivi.


Antidater : Porter une date antérieure à la date véritable sur une lettre, un acte, une œuvre.


Aveu : Déclaration par laquelle une personne admet pour vrai un fait qui peut produire contre elle des conséquences juridiques.


Cour d'assises : Juridiction chargée de juger les crimes siégeant dans chaque département.


Cour d'appel : Juridiction de droit commun et de second degré comprenant plusieurs départements dans son ressort. La Cour est juge d'appel de toutes les juridictions de l'ordre judiciaire civil et criminel.


Cour de cassation : Juridiction placée au sommet de la hiérarchie de l'ordre judiciaire dont le rôle n'est pas de juger les faits, mais de veiller au respect de l'exacte application des lois.


Cour européenne des droits de l'homme :
Juridiction saisie par un État ou un citoyen en cas de violation des droits reconnus par la convention européenne des droits de l'homme.


Crime : Infraction punie par des peines prononcées par la Cour d'assises. C'est la plus grave des infractions après le délit et la contravention.


Garde à vue :
Maintien dans les locaux de la police pendant une durée de 24 à 48 h de toute personne qui doit rester à la disposition de la justice pour les nécessités d'une enquête. En matière de terrorisme, ce délai peut être prolongé de 48 h.


Pourvoi en cassation : Recours devant la Cour de cassation contre une décision rendue en dernier ressort.


Procès-verbal :
Acte de procédure établi par un auxiliaire de justice rapportant des constatations ou des dépositions.


Procureur général :
Magistrat qui exerce les fonctions du ministère public près la Cour de cassation, la Cour des comptes, les cours d'appel et les cours d'assises.


Procureur de la république :
Magistrat qui exerce les fonctions du ministère public près le tribunal de grande instance. Il veille à l'application de la loi, suit le procès pénal et dirige les policiers et les gendarmes au cours des enquêtes judiciaires.


Se constituer partie civile :
Intervention officielle devant la juridiction répressive de toute personne qui se prétend lésée par une infraction et qui entend en demander réparation.




Cet article vous plaît, partagez le :

Votez pour nous :

Date de publication : 24-02-2009   Tags associés : , , ,

Votre commentaire

Vous n'êtes pas identifié
Pour pouvoir poster un commentaire, vous devez être membre de Comprendrelactu.com et être identifié.

Inscription | Connexion | Quel est mon mot de passe ?


Avant de poster, consultez les mentions légales

Afin de garantir un bon esprit de participation, notre équipe se réserve le droit de supprimer tout message publicitaire, hors-sujet, abusif, diffamatoire, raciste ou injurieux.

Autres dossiers :



Les députés godillots sur la toile !
Le débat sur Hadopi a des conséquences plutôt imprévisibles ! Après le coup des députés socialistes ninjas ...

> lire la suite ...

Hadopi ou l’éloge de l’incompétence
Ayé ! La loi « protection de la création sur Internet » est passée. Tout de suite, on se sent plus protégé ...

> lire la suite ...

Coupat coupable ?
La France a peur. Julien Coupat existe et il en veut à votre vie... Enfin à la vie des caténaires des TGV... Oui, bon, on ne sait ...

> lire la suite ...

Mortel, c’est l’hiver
Il était une fois un pauvre monsieur qui vivait dans le bois de Vincennes. Il avait froid, car sa maison n'était qu'une petite tente en plastique. ...

> lire la suite ...

Le lycée du futur
Darcos relève ses manches. Le ministre de l'Éducation Nationale veut relooker le lycée poussiéreux à coup de tatane ...

> lire la suite ...

Les brèves de la semaine :

+ groovy baby ! Kim Jong il a le rythme dans la peau.   

+ vuvuzela : nouvelle arme de destruction massive  Doom comme vous ne l'avez jamais vu.     

+ Beware werewolf fags ! Une nouvelle tribu de d'jeuns révoltés vient de naître, inspirée par ce chef ...

+ Manga power Une petite vidéo intitulée TV Show par Manabe Takayuki (musique) et Sugimoto Kousuke  ...

+ The lol of the week #3 Reprise du "The lol of the week" avec une vidéo d'Action Discrète (diffusée ...

Inscription / Connexion

Vous n'êtes pas identifié, heureusement cela peut s'arranger :

> Inscription
> Connexion
> Quel est mon mot de passe ?
 
 
Mots clés :

Techno : Roy Tanck


ShoutMix chat widget
Nos derniers dossiers :

+ juste un autre blog sur le journalisme

+ La Corée du Nord, ce nouveau grand méchant Puissante machine à fantasme depuis la fin de la guerre froide, la République Populaire ...

+ Kino kabaret de l'absurde séance : un genre à part C'était pourtant le défi du Kino Kabaret de l'Absurde séance, un événement ...

+ Au secours de Keanu Reeves D'après les troublions de 4 Chan, Keanu Reeves a besoin qu'on lui remonte le moral. Depuis la ...

+ Pourquoi Wes Craven n’ira pas voir le remake des Griffes de la nuit Alors que la sortie du remake des griffes de la nuit approche à grands pas, Wes Craven est ...

+ PsychoPuppets : chatroulette Pour la petite histoire, cette BD raconte les folles aventures de la conscience d'un homme. Dans l'épisode ...

+ ''Le joueur du grenier'' touch my retrogaming Pourtant, si vous fouillez un peu dans votre mémoire, vous retrouverez sans doute des souvenirs ...

+ La fin de Lost sera décevante Lost a cette particularité d'être un genre de série tout à fait inédit. ...

+ Je déteste Serge Gainsbourg... On pourrait craindre un vieux mix réalisé dans une cave d'amateur mais non, on a du grand ...

+ It’s comming : Lost Saison 6 [Attention, gros spoilers à l'horizon] Rappelez vous :  ensevelie sous des débris ...

+ Berlusconi : le meilleur personnage de soap opéra Le mois de décembre fut faste pour le président du conseil italien. Après une accolade ...

+ « La route » : l’humanité en sursis Le film est tiré du livre américain « The road » écrit par Cormac McCarthy ...

+ Les députés godillots sur la toile ! Si l'absentéisme parlementaire a toujours été plus ou moins excusé du fait ...

+ Tara pliée en 4 Tara Gregson est malade et elle le sait. Dans un pavillon de banlieue modèle, malgré un ...

+ Grippe porcine et grosse parano Originaire du pays des tacos (le Mexique quoi !), ce virus s'est particulièrement répandu ...



Get Firefox